RSS

Archives de Tag: lara weller

LARA CROFT AU MUSÉE GRÉVIN

C’est en plein mois de décembre à Paris que tout à commencé. Le 20 décembre 1999 pour être plus précis. Alors que les fans français de Lara Croft profitent du dernier opus vidéoludique de la jeune archéologue, sur PC et Playstation, intitulé Tomb Raider : La Révélation Finale qui est sortie environ un mois plus tôt, un évènement s’apprête à marquer les fans de la communauté Tomb Raider et c’est au Musée Grévin, Boulevard Montmartre dans le 9ème arrondissement, que ça se passe. En effet, le 20 décembre à 21h00, Lara Croft a fait son entrée dans les murs du Musée Grévin, devenant ainsi le premier personnage de fiction à posséder sa statue de cire dans l’enceinte du Musée.

Un tel évènement étant important pour la communauté, j’ai donc décider de consacrer un article complet sur la statut de cire afin de mieux en comprendre sa présence au sein du Musée Grévin. Communiqué de presse, carte d’identité, interview exclusive du sculpteur réalisée par moi-même, photos exclusives, analyse personnelle et informations complémentaires sont au rendez-vous dans cet article et laissez-moi vous avouer une chose : Ayant pris connaissance de certaines informations concernant, notamment, la conception de la statue de cire, je dois avouer qu’elle me plait encore d’avantage aujourd’hui.

▬▬ COMMUNIQUÉ DE PRESSE OFFICIEL ▬▬

Pour commencer dans les formes, voici des extraits du communiqué de presse officiel qui m’a été fourni par le Musée Grévin. Il témoigne de « l’emménagement » de Lara Croft au Musée qui a eu lieu en même temps que celui du présentateur et journaliste Nagui. Notez que les passages contenus dans les « […] » concernent ce dernier et non Lara Croft :

À l’aube de l’an 2000, toujours pas de petits bonhommes verts en vue mais en revanche, beaucoup de jeux vidéos ont envahi la planète c’est pourquoi Lara Croft, célèbre héroïne de Tomb Raider est le premier personnage virtuel à faire son entrée au Musée Grévin qui se doit depuis 1882 d’être le reflet de l’actualité. […]

Mesdames, Messieurs, Je voudrais profiter de cette inauguration pour poser la vraie question, la seule question : Nagui est-il un personnage réel ? Car pour Lara Croft, il n’y a aucun doute, Lara est née à Wimbledon, près de Londres en Angleterre, le 14 février 1968. Elle est châtain, les yeux marrons, elle mesure 1.80m pour 60Kg et est célibataire. Aucun doute, Lara Croft est vivante.

D’ailleurs, comment imaginer qu’avec des mensurations pareilles (90D-60-90), Lara Croft puisse être autre chose que vivante ? Nagui en revanche on peut se poser des questions. […] Mais enfin, Lara Croft, elle, est une véritable héroïne de jeux vidéo. Pendant que Nagui animait des émissions radio sur RTL […] Lara Croft résolvait à elle seule les énigmes de trois aventures de Tomb Raider.

On ne peut pas mettre sur le même plan celle qui fit revenir le Dieu Horus sur terre, véritable Indiana Jones féminin, bravant les mystères de la vallée des Rois et les danger des ruelles du Caire. On ne peut pas comparer celle qu est l’immortelle autour de « A Tyrannosaurus is jawing at my head » (que je traduirai librement par « Un Tyrannosaure est en train de me mâchonner la tête ») et l’animateur-producteur de Taratata sur France 2. Ce n’est tout de même pas l’animateur-producteur de ‘l’Appel de la couette » sur TF1 en 1996, […] qui peut espérer rivaliser en audace avec celle qui à mains nues, sans d’autres atouts que les siens décida de courir le monde refusant au grand désespoir de ses parents les propositions de mariage flatteuses du comte de Farringdon.

Il est vrai que Nagui a pour lui, depuis des années, de paraître chaque jour à la télévision ou à la radio […]. Cela doit-il être comparé aux 17 millions de fans de Lara qui se sont procurés ses aventures et qui la suivent chaque année, de moins en moins virtuelle, de plus en plus nombreux ? Qu’importe ! Le Musée Grévin, qui a traversé le siècle et qui a toujours fait le lien entre l’actualité et l’histoire, entre le rire et les larmes, entre l’amusement et l’émerveillement, se devait aujourd’hui de réunir le cathodique et le virtuel, de réunir Nagui et Lara qui, enfin, fait de cire et de rêve, vont pouvoir exister pour le plus grand bonheur de tous nos visiteurs.

▬▬ CARTE D’IDENTITÉ DE LARA CROFT ▬▬

Afin de rendre justice aux courbes généreuses et à la personnalité poignante de Lara Croft, le Musée Grévin avait établie une carte d’identité du personnage dans le but d’être le plus calé possible sur le phénomène Tomb Raider qui sévissait alors depuis 1996 et bien entendu de respecter le physique du personnage.

Parmi les informations visibles sur cette carte, on retrouve les nom et prénom de Lara ainsi que sa nationalité ou encore sa situation de famille. Ses mensurations, sa taille, son poids, la couleur de ses cheveux ou encore de ses yeux et même son groupe sanguin y figurent également, ainsi qu’une mention « Signe particulier » la décrivant comme une « Héroïne de jeux vidéo » of course !

Je vous propose de découvrir les quelques lignes accompagnant la carte d’identité de la statut de cire de Lara Croft en intégralité, véritable témoignage d’une notoriété déjà bien présente dans les années 90 pour l’héroïne de Tomb Raider. Notoriété qui a depuis évolué et qui est encore plus présente au jour d’aujourd’hui :

Lara Croft. Ce nom fait rêver des millions de joueurs dans le monde. Première et mythique star virtuelle, Lara s’impose depuis 4 ans dans l’univers du jeu vidéo avec à son actif trois aventures du somptueux Tomb Raider. Lara Croft est comme toutes les stars, à la fois adulée par ses fans, et critiquée, faisant parfois l’objet de polémiques, cependant elle est sans conteste un personnage emblématique et une aventurière invétérée qui n’a de cesse d’étonner. Son succès est planétaire, des dizaines de couvertures de magazines, des accords de licences, un film en préparation… mais surtout les trois volets de Tomb Raider, qui dépassent aujourd’hui les 17 millions d’exemplaires vendus dans le monde. Des milliers de sites lui sont consacrés sur Internet, ses sites officiels mais bien sûr également de nombreux sites réalisés par ses fans à travers le monde. En cette fin d’année 99, de retour d’un périple égyptien mouvementé, l’actualité de Lara est très chargée, avec notamment la sortie d’une toute nouvelle aventure : « Tomb Raider : La Révélation Finale » sur PC, CD Rom et Playstation, la sortie de sa nouvelle gamme d vêtements, ‘Lara c » et bien sûr aujourd’hui son entrée au Musée Grévin.

lcgrev3

▬▬ INTERVIEW DU SCULPTEUR : ERIC DE SAINT CHAFFRAY ▬▬

Rendre hommage à la statut de cire de Lara Croft qui a fait rêvé des milliers de fans le temps d’une pose photo au Musée Grévin n’est pas chose facile, mais une chose était évidente pour moi : l’hommage n’aurait jamais été complet sans le témoignage de l’homme que je qualifierai de « second papa de Lara Croft », après Toby Gard. Celui qui à donné vie à Lara en fer et en argile. L’homme qui a rendu justices aux courbes du personnage qui en était à sa quatrième aventure à l’époque et qui a accepté de répondre à mes questions le temps d’une interview. J’ai nommé Monsieur Eric de Saint Chaffray, sculpteur de profession.

Saikanji : Qui est Eric Saint Chaffray ? Quel a été votre parcours professionnel ?
Eric de Saint Chaffray : Je suis sculpteur indépendant ; le Musée Grévin est mon premier client et représente l’essentiel de mon activité aujourd’hui. J’ai par ailleurs une activité artistique ; c’est-à-dire que j’ai un travail personnel affranchi de contraintes commerciales ou autres. J’ai pratiqué professionnellement la sculpture dès la fin de mes études (École Nationale Supérieure des Arts Appliqués et des Métiers d’Art).

Comment avez-vous été choisi pour sculpter le personnage de Lara Croft ?
À l’époque, nous étions trois sculpteurs travaillant pour le Musée Grévin. Les commandes étaient réparties au gré de la disponibilité des uns et des autres.

Lara Croft est un personnage fictif pas une personne réelle, il n’y a donc pas de modèle de base pour sculpter le personnage. Quels ont été les supports qui ont servi de référence pour modeler la statue ?
Les supports à ma disposition étaient le jeu vidéo lui-même plus quelques visuels et une statuette de 40cm que l’on pouvait trouver dans le commerce. Je viens de retrouver le guide officiel du jeu Tomb raider III qui m’avait servi pour l’élaboration de ce travail.

Lara Weller a-t-elle posé pour vous afin de rendre justice aux formes de Lara Croft ?
Non, mon seul modèle était le modèle virtuel !

Combien de temps a-t-il fallu pour sculpter le corps de Lara Croft en intégralité ?
Au moins un mois pour réaliser le modelage du personnage entier.

Expliquez-nous les étapes à suivre pour réaliser une sculpture de ce type.

  1. Définir une pose qui corresponde au personnage , tout en l’intégrant dans un contexte particulier… le contexte, c’est la « Salle des Colonnes » au Musée Grévin. Le personnage de Lara était « à l’affut » armée de ses deux « 45 » derrière une de ces colonnes !
  2. Se plonger dans la documentation existante.
  3. Trouver les accessoires (pistolets, vêtements, chaussures).
  4. Trouver une paire de mains pour tenir les pistolets… On a choisi de mouler les mains d’une adolescente de 15 ans pour restituer la finesse et la fragilité des mains du personnage. Lara a beau mesurer 175cm, ses articulations sont celles d’une fillette !
  5. Construire une armature en fer pour monter le corps en terre. L’argile ne tenant pas toute seule.
  6. Le modelage peut commencer. La difficulté principale étant de restituer une anatomie hors normes, inhumaine, tout en donnant une impression de naturel, de vraisemblable… et de vivant.

lcgrev1

Avez-vous également peint la statue pour lui donner ses couleurs ?
La mise en couleur a été réalisée par l’atelier peinture et maquillage du Musée Grévin. La tête en cire a été peinte à la peinture à l’huile. Le corps, en résine, a été peint au pistolet… C’était le moins que l’on puisse faire pour Lara Croft.

Savez-vous comment sont choisis les vêtements que porte la statue de cire ? Car elle a déjà changé de tenue une fois par le passé… Ont-ils été fournis par Eidos Interactive ?
Tout cela est lointain… Je me rappelle la difficulté du costumier à trouver le latex vert pour fabriquer le tee shirt moulant. Je crois que les vêtements sont « maison ».

Une statue de ce type a-t-elle besoin d’être rénovée de temps en temps, d’être entretenue ?
Oui, bien sur, comme les autres personnages du Musée.

Étiez-vous présent le jour de l’inauguration ? Pouvez-vous nous raconter ce moment ?
Nous avions été honorés de la présence du créateur du personnage qui paraissait très satisfait du personnage. Lara Croft en chair et en os est montée sur scène pour nous faire une petite chorégraphie guerrière. Il s’agissait peut être de Nell McAndrew ? À vérifier dans les archives du Musée.

Comment percevez-vous le personnage de Lara Croft ? Que représente-t-elle pour vous en tant qu’artiste ?
Le jeu « Tomb Raider » était une petite révolution, à l’époque. J’étais très content de faire ce personnage pour le Musée Grévin car j’y jouais avec mon fils. Le personnage de Lara Croft représentait quelque chose de totalement nouveau ; un personnage virtuel qu’on pouvait manipuler, faire vivre ou mourir, avec une charge érotique non négligeable… La redoutable combattante est aussi très vulnérable et fragile. Esthétiquement, elle est bien dans ma culture « Tintin » ; ligne claire, formes douces, couleurs en aplats.

En tant que sculpteur, j’ai aimé la difficulté qu’il y avait à passer de la 3D sur écran, donc de la 2D, à la vraie 3D, en terre, cette fois. La traduction des formes qui n’ont rien de l’anatomie humaine était un exercice intéressant et inhabituel pour moi.

Avez-vous réalisé d’autres statue de cire pour le Musée Grévin ?
Je travaille pour le Musée Grévin depuis 1983 et ai réalisé plus de cent statues.

Avez-vous d’autres projets en cours ? Travaillez-vous pour d’autres Musées ou pour le cinéma ou le théâtre par exemple ?
J’ai d’autres clients, mais le Musée reste ma principale activité.

Où peut-on admirer votre travail ailleurs qu’au Musée Grévin ? Avez-vous un atelier ou une galerie ?
J’ai un atelier mais cela reste un endroit de travail assez fermé ! Mon site internet permet de voir mon travail.

Pour terminer, un petit mot pour les fans de Tomb Raider et de Lara Croft, ces fans qui ont été nombreux à faire le déplacement pour avoir le plaisir d’être au moins une fois aux cotés de leur héroïne favorite ?
Je leur souhaite de voir le personnage de Lara Croft demeurer un peu naïf et charmant, et ne pas évoluer vers trop de réalisme…

WWW.SAINTCHAFFRAY.COM

lcgrev2En complément de l’interview je vous propose de découvrir ces quelques informations complémentaires sur la conception de la statue de cire qui m’ont été fournis par le Musée Grévin.

  • La réalisation de la sculpture de Lara Croft a demandé à Eric de Saint Chaffray un mois de travail en totalité. En comparaison, la statue de cire de Nagui à elle fallu quinze jour de travail en tout et pour tout.
  • Monsieur Mohammed Marouane a fait le premier moule à creux perdu (moule en plâtre réalisé à partir d’un modèle en matière malléable), ce qui lui a pris quatre jours de travail.
  • Bernard Coince et Stéphane Lannes, des Ateliers Grévin, ont réalisé un moule en élastomère du corps puis un autre pour le buste. De ce moule a été tiré un modèle en stratifié polyester qui fut ensuite peint à l’aérographe par Stéphane Jacquemin.
  • Les yeux, bien particuliers de par leur taille, ont été réalisés sur mesure par le Laboratoire Prothelem. WWW.PROTHELEM.FR
  • Le maquillage du visage est signé Cornélia Quehenberger des Ateliers Grévin et a été réalisé à la peinture à l’huile.
  • Laurence Viviani a travaillé sur la perruque et l’implantation des cheveux de Lara Croft.
  • Les vêtements de la statue ont été fournis et offerts par Eidos Interactive.
  • Jeremy Heath-Smith, fondateur de Core Design, membre du conseil d’administration d’Eidos Interactive et producteur exécutif des deux films Tomb Raider était l’homme présent à la soirée d’inauguration de la statue de cire au Musée Grévin avec Lara Weller, Lara officielle d’Eidos pour le jeu Tomb Raider : La Révélation Finale.

▬▬ ANALYSE PERSONNELLE ▬▬

Un grand nombre de fans de Tomb Raider perçoivent la statue de cire de Lara Croft du Musée Grévin comme étant d’avantage une caricature du personnage plutôt qu’une Lara Croft « réelle » comme peuvent l’être les autres statues de cire représentant des célébrités, des animateurs, des personnages historiques… du Musée et de ce fait trouvent la statue d’une qualité moindre en la comparant aux autres. Mais dans le fond est-ce bien justifié comme jugement ? Nous allons voir ensemble que ce n’est pas le cas !

Tout d’abord, il faut remettre les choses dans leur contextes, à savoir l’époque de la conception de la statue. La conception de la statue de Lara Croft a commencé alors que seulement trois opus de la saga étaient sortis jusque-là sur PC et consoles. Ce qui signifie que le modèle virtuel le plus poussé ayant servi à la conception de la statue fut le modèle connu de Lara Croft dans le jeu Tomb Raider III : Les Aventures de Lara Croft à cette époque, à savoir celui-ci :

On peut donc difficilement imaginer à quoi pourrait ressembler Lara Croft de chair et d’os lorsqu’on sait que la Lara la plus perfectionnée, visuellement et graphiquement, de l’époque ne comptait que 560 polygones dans le jeu Tomb Raider III en 1998, contre 470 pour Tomb Raider II en 1997 et seulement 440 pour Tomb Raider premier du nom en 1996. Les futurs aventures de miss Croft n’existant pas encore et le quatrième opus étant encore en attente de sortie officielle, il faut donc comparer ce qui est comparable, à savoir la statue de cire du Musée Grévin avec les modèles de Lara Croft des trois premiers Tomb Raider.

Autre information à prendre en compte : le désir du sculpteur, Eric de Saint Chaffray, de traduire les formes de Lara Croft qu’il qualifie lui-même d’inhumaines le plus fidèlement possible tout en gardant à l’esprit que Lara est un personnage de fiction, et donc qu’elle n’est pas réelle, ce que Lara Croft elle-même semble affirmer dans ses carnets secrets : « Moi, un sex-symbol ? Pas question ! Ce genre d’engouement est éphémère et sans intérêt. Que l’on parle de moi en ces termes me flatte bien évidement, mais messieurs, après une bonne partie de Tomb Raider… ne vous trompez pas de réalité et pensez à ne pas délaisser vos copines… qui elles sont bien réelles ! » Lara Croft a toujours eu des formes exagérément caricaturées qui tombent parfois dans le cliché de la femme dite « parfaite », de la « bombe » : une forte poitrine, de belles hanches, de longues jambes, une bouche pulpeuse, des yeux en amandes… bref, les développeurs eux-mêmes ont conçu le personnage pour être une caricature à part entière et cela, Eric de Saint Chaffray l’avait visiblement bien compris et assimilé et le résultat final ressemble à s’y méprendre à la Lara Croft des premiers jeux vidéos. Et en y réfléchissant d’avantage, n’est-ce pas là le désir de tout fan de Tomb Raider de l’époque ?

De plus, Eidos avait apparemment l’intention de faire les choses proprement puisque l’éditeur des aventures de Lara Croft avait fait parvenir au Musée Grévin les vêtements officiels du personnage, ceux-la même qui étaient utilisés pour vêtir les mannequins officielles de l’époque qui assuraient la promotion de chaque nouvel opus, à savoir le haut turquoise, le short marron, les bottes avec les chaussettes blanches ainsi que le sac à dos, les lunettes, les mitaines, les holsters et les double 9mm, tout y était sans exception pour faire de la statue de cire de Lara Croft une véritable oeuvre fidèle à son modèle d’origine… J’ai bien dis tout y ÉTAIT ! Puisqu’avec l’arrivée de Tomb Raider VI (l’Ange des Ténèbres) en 2003, les vêtements de base de Lara Croft on été changé sur la statut de cire au profit de ceux de la sixième aventure console de Lara. Était-ce bien là une décision judicieuse ? À mon avis non. Car le modèle de Tomb Raider VI est bien plus évolué que le modèle de Tomb Raider III. Le visage de Lara Croft avait quelque peu changé, son corps également… et je pense que pour pleinement rendre justice au personnage d’origine il aurait mieux valu garder les vêtements de base qui en plus d’être « officiels » représentaient ce qu’avait été Lara Croft à ses débuts, rendant ainsi hommage à Core Design qui n’existe plus aujourd’hui et aux fans de la première heure de miss Croft qui suivent ses aventures depuis 1996, tout en rappelant aux fans de la nouvelle génération, les plus jeunes, ce qu’était le personnage à l’époque.

En conclusion, je voudrais rappeler à ceux qui voient la statue de cire de Lara Croft comme une caricature qu’elle est presque aussi vieille que le personnage lui-même. Sa conception à débuté alors que seulement trois aventures étaient sorties et le sculpteur a eu pour modèle « les Lara de l’époque », celles des années 90, et rien que sur ce fait le challenge de retranscrire les courbes du personnage est réussi. Ne soyez pas bougon et rappelez-vous que Lara a été le premier personnage virtuel à faire son entrée au Musée Grévin, devançant des personnages fictifs déjà bien célèbres à l’époque, comme Mario, Spider-Man, Batman, Superman, Astérix et bien d’autres… Soyez reconnaissant que l’on soit encore à ce jour le seul pays au monde à posséder une Lara Croft à taille humaine qui soit à la portée de tous et qui représente le symbole de sa réussite publique, culturelle et de son ascension dans le monde vidéoludique. Et n’oubliez pas que pour les fans de la première heure cette statue représente un symbole d’une époque aujourd’hui révolue, une époque tintée d’une nostalgie encore bien palpable à ce jour chez beaucoup d’entre vous… chez beaucoup d’entre nous, les fans.

▬▬ REMERCIEMENTS ▬▬

Je tiens à remercier Monsieur Eric de Saint Chaffray, sculpteur de la statue de cire de Lara Croft présente au Musée Grévin, qui a eu la gentillesse de prendre le temps de répondre à mes questions, de me fournir quelques informations complémentaires liées à l’inauguration de la statue ainsi que des photos de la conception et qui m’a aussi beaucoup fait sourire à la lecture de l’interview, ne serais-ce qu’en imaginant Lara Croft dans la salle des colonnes du Musée se tenant à l’affut d’un éventuel visiteur fan de ses aventures… WWW.SAINTCHAFFRAY.COM

Merci également à Madame Véronique Berecz, Responsable de la Communication et des Relations Extérieurs au Musée Grévin, qui a eu l’extrême gentillesse de ressortir les archives du Musée concernant Lara Croft, me fournissant ainsi les documents nécessaires à l’élaboration de mon article et prenant le temps de chercher des réponses à mes interrogations encore alors en suspends, me fournissant même une photo (ci-dessous) de la soirée d’inauguration sur laquelle figurent Monsieur Eric de Saint Chaffray (à gauche) et Monsieur Jeremy Heath-Smith (au centre) en présence de Lara Croft. WWW.GREVIN.COM

Merci à Enrico, alias Leica_m8_shooter, photographe professionnel qui a pris le portrait de la statue de cire de Lara Croft présente au Musée Grévin le 23 avril 2009 (première photo sur l’article) et qui a accepté que j’utilise sa photographie pour l’article. WWW.FLICKR.COM

Enfin, je tiens à remercier Gabriel, alias Newraider, pour m’avoir autorisé à publier ses photos de Lara prises en janvier 2014 dans sa toute dernière tenue en date, qui avait été fraichement rénovée au cours de l’été 2013 pour coller d’avantage au style vestimentaire de miss Croft dans Tomb Raider VI.

lcg1

Sources : Le Musée Grévin, Eric de Saint Chaffray, Lara Croft les carnets secrets

© Saikanji / Plagiat interdit

Publicités
 
2 Commentaires

Publié par le 17 septembre 2012 dans EXCLUSIVITÉS TRS, INTERVIEWS TR & TRS

 

Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

 
%d blogueurs aiment cette page :