RSS

ALEXANDRE SEREL : LARA DE L À A

Il existe quelque part en France un fan de Tomb Raider qui un jour a pris la décision de changer de voie professionnelle pour devenir écrivain. C’est un jeune homme de 28 ans qui a voyagé à travers le monde afin de nous proposer un ouvrage unique et personnel, son bébé, intitulé Tomb Raider : Lara de L à A.

Contenant plus de 300 pages, édité par Pix’n Love et dont la sortie est prévue prochainement, l’ouvrage retracera la véritable histoire de la saga Tomb Raider, jeu par jeu, film par film, anecdote par anecdote, par le biais de divers documents officiels et inédits liés à la saga Tomb Raider et à son personnage iconique qu’est Lara Croft, certains documents n’étant pas connus du grand public, mais aussi grâce à différentes interviews de l’équipe originelle de Core Design, entre autre…

Je vous propose donc de découvrir l’interview d’Alexandre Serel, réalisée par mes soins, qui vous donnera un aperçut du contenu du livre dont il est l’auteur et auquel j’ai eu la chance de pouvoir participer à titre de consultant. C’est parti !

lccore


L’INTERVIEW D’ALEXANDRE SEREL

Alexandre bonjour, vous êtes donc l’auteur de Tomb Raider : Lara de L à A. Parlez-nous de votre parcours professionnel avant ce livre…

Bonjour ! Bien avant de travailler dans des métiers plus ou moins proches du jeu vidéo, j’étais brancardier aide kinésithérapeute. Un drôle de métier où j’ai vu de belles choses et des choses… compliquées. C’est le risque quand tu travailles avec des êtres humains. À un moment, j’ai eu envie de réaliser un vieux rêve : créer des jeux vidéo. J’ai arrêté mon précédent métier et me suis lancé. J’ai donc suivi un cursus vidéoludique.

Pouvez-vous nous parler de votre passé de joueur ?

Ça ne me rajeunit pas tout ça ! J’ai commencé à jouer en 1990 à peu près, sur NES, avec bien évidemment les plus gros hits de l’époque : Super Mario Bros., Double Dragon, Castlevania et même un petit peu de Zelda ! Je suis ensuite passé chez SEGA avec la Mega Drive, une grande console, puis la Saturn, ma console préférée, malheureusement sous-estimée… Et c’est d’ailleurs comme cela qu’en 1996 j’ai découvert Tomb Raider. Le temps passe vite. D’ailleurs Tomb Raider était mon premier jeu en 3D. Les seuls titres en trois dimensions que j’avais essayé étaient Virtua Racing en arcade et Star Fox sur Super Nes. Et encore c’était très cubique, très polygonale, loin de la claque qu’allaient coller Toby Gard et ses compères. Mais c’étaient des super jeux qui permettaient d’entrevoir l’avenir.

Dès les premières secondes de Tomb Raider, j’ai été happé. Déjà de voir une cinématique en image de synthèse en 1996 c’était rare, mais en plus c’était beau ! Lara était clairement un atout supplémentaire. Belle, mystérieuse, très légèrement arrogante et surtout une femme forte. Jouer avec une fille qui n’était pas une princesse à sauver ça changeait tout. C’était nouveau et surtout rafraichissant. Ça permettait d’avoir un autre point du vue sur le jeu vidéo. Tout dans Tomb Raider était parfaitement équilibré, de la musique à Lara en passant par les graphismes… Quelle claque ! Il ne m’a fallu qu’un instant pour devenir fan.

alseanor

Comment, quand et pourquoi est né le projet Tomb Raider : Lara de L à A ?

C’était à Japan expo 2012. Je déprimais un peu car j’avais du mal à trouver un emploi dans le secteur du jeu vidéo. Puis j’ai rencontré sur le salon Florent Gorges, une personne passionnante. C’est lui qui, entre autres, écrit l’Histoire de Nintendo chez Pix’n love. J’ai tout de suite aimé sa façon de travailler, très dans le détail, l’anecdote et surtout une envie d’apprendre aux autres, de partager. Je me suis dit « Super, j’aimerais tellement faire la même chose, mais sur quel sujet ? ». La réponse m’est apparue quelques secondes plus tard car Pix’n Love venait de sortir un ouvrage sur Final Fantasy VII, et là j’ai pensé « Il faut faire quelque chose sur Tomb Raider. » Pour un fan de la saga, c’était logique d’imaginer une chose pareille.

Jusque-là, personne n’avait pensé à faire un livre Tomb Raider. C’était insensé et surtout ça n’intéressait personne. Les réactions étaient plutôt mitigées : « Oui Tomb Raider, on sait tout, Lara a des gros seins, elle bute des T-Rex, etc. ». Mais je n’ai pas abandonné mon idée et pendant un an j’ai griffonné sur le papier ce que je devais faire. Puis une fois prêt, j’ai contacté Pix’n Love par l’intermédiaire d’un ami, Cédric, plus connu sous le pseudonyme Acksell.

 À quel stade en est le livre actuellement ?

Le livre avance très bien, je commence réellement à voir le bout du tunnel. Plus d’un an et demi d’écriture, de voyages, d’anecdotes, de rencontres… Ce fut intense. Comme tout livre je pense, il y a eu des moments de stress, de joie… C’était un vrai défi ! Mais la saga Tomb Raider le mérite réellement.

Il s’agit donc de votre bébé. Quelle est le rôle de Pix’n Love dans l’ouvrage ?

Un soutien indéfectible ainsi qu’une grande amitié. Ils ont tout de suite compris ce que je voulais faire et ne pas faire. Le premier avec qui j’ai été en contact fut Sébastien Mirc. Ce type est dingue ! Il a poussé le livre très haut et toujours dans la bonne direction. Je dois vous avouer que j’avais un peu peur au début. À chaque e-mail, il repoussait les limites de ce qui était faisable. Et les limites, nous les avons dépassé à chaque fois.

Ensuite, il y a Ben, le spécialiste Japon ! Vous pouvez l’embêter avec la bible Neo-Geo ! Un garçon très discret, mais toujours de bons conseils. Marc et Luc Pétronille, les deux frangins qui ont une vision et s’y tiennent. Ils sont tous les deux très drôles et très sympathiques. Et Raphaël, discret aussi, mais toujours prêt à donner un bon coup de main quand c’est nécessaire. C’est une ambiance un peu famille Pix’n Love. Et se sont de vrais passionnés, des malades. Pour moi c’est un peu une cour de récréation. Tu arrives avec une idée, ils ne te brident pas dans ta création mais t’encouragent dans ta vision. Ce qui est, il faut le dire, assez rare aujourd’hui.

Sinon en dehors de l’aspect humain c’est une société d’édition, donc qui corrige les petites erreurs, s’occupe de la distribution, des envois, de l’aspect marketing, des contrats… Tout un tas de petites choses agaçantes en somme !

pixmembres[Pix’n Love, de gauche à droite : Luc Pétronille, Sébastien Mirc, Raphael Pezet, Marc Pétronille]

Un petit mot sur Anaïs Orhant, la traductrice du livre ?

Anaïs est le moteur du livre. Son premier rôle a été de prendre contact avec toutes les personnes qui apparaissent dans l’ouvrage. Elle parle quatre langues dont l’anglais. Je m’occupais de rédiger les interviews et elle les traduisait, les envoyait aux personnes concernées et retraduisait tout en français pour que je puisse écrire. À titre indicatif, Anaïs a envoyé quelque chose comme 600 e-mails en anglais retraduits en français à la suite. Et je ne compte pas les nombreuses discussions dans des boites de messageries instantanées en plus des e-mails. Son travail a été colossal ! Mais ça ne s’arrête pas là…

Pix’n Love, pendant une courte période, a rencontré quelques problèmes de correction dans le texte. Tout le monde fait des fautes d’orthographe et parfois même avec de la vigilance il peut en rester. Et je ne sais pas pourquoi mais je me suis déclenché une phobie de la faute d’orthographe. Anaïs, après la traduction, est donc devenue la correctrice du livre ! Sans elle, le livre n’existerait sûrement pas aujourd’hui. Fans de Tomb Raider, vous lui devez beaucoup ! À cause de cette peur, le livre aura le droit à trois corrections vues par trois personnes différentes… Oui je sais, je suis un peu dingue.

Les fans sont extrêmement nostalgiques de l’époque de Core Design, le livre va-t-il les satisfaire ?

Oui ! Et il y a de quoi, Core Design était un studio formidable avec beaucoup de personnes talentueuses en son sein ! J’espère que les fans prendront plaisir à connaitre quelques petites histoires sur le studio.

Il y aura tout de même une partie sur la trilogie de Crystal Dynamics ?

Oui bien sûr, mais ce n’est pas la plus longue.

Le livre contient des interviews exclusives, de Françoise Cadol à Andy Park, en passant par l’équipe originelle de Core Design… D’autres guests sont-ils à prévoir ?

Bien évidemment, mais il est trop tôt pour en parler !

coremembres[Core Design en 1995 : Les développeurs de Tomb Raider au complet]

Vous avez donc voyagé pour rencontrer ces différentes personnes et réalisé de nombreuses recherches pour obtenir des documents officiels et privés… Doit-on s’attendre à de grosses révélations où à découvrir des faits sur le jeu qui ont été déformés par les médias et qui en fait ne sont pas ce que l’on croit ?

Vous avez tout résumé ! Les médias ont beaucoup déformé la réalité ou alors l’ont arrangé à leur sauce. Il fallait faire du sensationnel autour de la série à l’époque Core Design. Mettre Lara Croft en couverture ça vendait des magazines, alors imaginez si elle était en bikini, ou encore mieux, si les journalistes pouvaient avoir un plan détaillé de la poitrine de l’aventurière… Ceci est surtout valable pour la presse anglaise. Mais ça a légèrement débordé sur la presse française quelques fois. Spécialisée jeux vidéo ou non.

D’ailleurs, je vais vous raconter une petite anecdote qui n’est pas dans le livre et qui m’a été révélée par un membre de Core Design : Une chaine de télévision anglaise est venue chez Core pour interviewer l’équipe de Tomb Raider III, et l’un des développeurs, dont je tairais le nom, avait les lèvres gercées. Donc machinalement il se passait la langue sur ses lèvres pour soulager un peu la douleur. Vous savez quoi ? Ils n’ont pratiquement gardé que ça du reportage ! Donc ça parle un peu du jeu et c’est entrecoupé de cette scène répétée plusieurs fois. En somme, un développeur qui se passe la langue sur les lèvres avec en bruit sonore, un « huuum » érotique. Ce n’est pas une blague !

Le livre lèvera donc le voile sur des mythes qui entourent la franchise Tomb Raider depuis ses débuts, comme par exemple la vérité sur « l’accident » qui aurait boosté la poitrine de Lara Croft dans le jeu et qui n’est pas ce que l’on pense ?

La fameuse erreur des 150% ! Je n’en parlerais pas pour le moment. La seule chose que je peux dire c’est que j’étais au restaurant avec un membre de Core et il a failli s’étouffer avec de la nourriture quand je lui ai raconté cet « accident ». Ensuite, il a explosé de rire pendant plusieurs minutes, c’était très drôle. Cela revient à ce que nous disions plus haut au sujet de la presse de l’époque, mais c’est un peu plus compliqué que ça sur ce point précis…

Et qu’en est-il de Tomb Raider The Lost Dominion ? Le script et des informations sur le jeu ont récemment été publiées sur les forums officiels de Tomb Raider. Les fans pensent donc avoir entre les mains ce que devait être la suite de L’Ange des Ténèbres, alors qu’en réalité il n’en est rien puisqu’il s’agit du premier jet du script de Murti Schofield, le scénariste du jeu, qui n’est pas le script définitif. Je sais que vous possédez la version originale… pouvez-vous nous éclairer sur le sujet ?

Oui bien sûr. Disons que quand sont apparus sur le net ces documents je ne savais pas à quoi m’attendre. J’ai effectivement en ma possession beaucoup de documents originaux. J’ai vite été rassuré par leurs contenus ainsi que par les membres de Core. C’est une ébauche de ce que j’ai. Donc avec beaucoup de contenu erroné ou alors complètement incomplet. Pour ce qui est de The Lost Dominion je suis le seul au monde à avoir le script. À savoir qu’au moment où j’écris ces lignes, Murti Schofield, le scénariste de l’Ange des Ténèbres qui a confié certains documents aux fans, n’est toujours pas au courant de cette fuite.

En fait, avec tous les documents privés que vous possédez vous êtes l’homme à abattre pour les fans… Un vrai privilégié que beaucoup risquent de jalouser !

J’ai Winston qui garde l’entrée de chez moi, donc je ne me fais aucun souci ! Quoi ? Je devrais ? Plus sérieusement, j’attends avec impatience l’ouverture d’un musée du jeu vidéo en France, notamment par l’association MO5 via l’intermédiaire de Philippe Dubois, son président. Je donnerais n’importe quoi afin que tout soit conservé, et je l’espère, accessible au plus grand nombre…

delàa

Tomb Raider ne s’arrête pas à Underworld… Un nouvel ouvrage est donc envisagé pour parler du reste de la franchise, mais aussi des jeux Lara Croft ?

Je suis effectivement en pleine réflexion sur une éventuelle suite…

Pourquoi avoir scindé en deux parties les jeux plutôt que d’avoir fait un seul livre sur la totalité de la saga ?

Disons une chose. La saga pour moi s’arrête à Underworld et redémarre avec Tomb Raider 2013. C’était assez étrange comme situation de devoir ajouter le reboot. Puis je trouvais que ça ne collait pas avec le reste du livre qui est principalement axé sur Core. Sébastien Mirc a eu la phrase qu’il fallait : « C’est une nouvelle histoire. » Et il avait entièrement raison. Si on regarde de plus près, la trilogie Legend/Anniversary/Underworld vit sur l’héritage de Core Design… Une Lara Croft aventurière, archéologue et finalement proche dans l’esprit des premiers jeux.

Le reboot a coupé les ponts définitivement avec l’ère Core Design. Une nouvelle Lara Croft, une nouvelle histoire. Et je ne voulais pas bâcler la partie reboot. Pleins de choses se sont passées et se passent encore… J’attendrais le bon moment avant d’écrire une éventuelle suite ou du moins de confirmer des contacts, et surtout attendre la fin de la trilogie Reboot/Rise/ et le troisième volet. Ça voudrait dire aussi que je devrais me déplacer aux États-Unis… Lara Croft m’aura finalement bien fait voyager !

Serez-vous prêt à répondre aux questions des fans sur le livre si ces derniers en posaient ?

Bien sûr, sans aucun problème !

Pour terminer, la traditionnelle question de mes interviews… Un petit mot pour les fans de Tomb Raider et de Lara Croft ?

Vous êtes des personnes géniales. À chaque fois que je tombe sur un forum francophone je suis impressionné par la volonté de rendre hommage, chacun à sa manière, à la série. Surtout quand je vois le temps que cela peut prendre de construire un site, le faire vivre… Incroyable ! Françoise Cadol m’avait confirmé qu’elle sentait cette énergie… Ça m’arrive parfois de parler avec des fans qui comme moi le sont devenus dès le premier épisode. Pleins de souvenirs remontent car la saga aura bientôt… 20 ans !

Merci pour cette interview Alexandre !

C’est moi qui vous remercie, à bientôt !

lclivre


CONCLUSION

C’est ainsi que s’achève cette interview d’Alexandre Serel avec un premier aperçut du contenu du livre Tomb Raider : Lara de L à A ! Sachez tout de même que le livre réserve bien des surprises et que de mon point de vue, purement personnel, il fera certainement officie de bible Tomb Raider pour les fans nostalgiques de l’époque de Core Design et de son ancienne Lara, retraçant l’histoire de la saga avec respect et surtout vérité.

Comme vous l’avez lu dans l’interview, Alexandre est disposé à répondre à vos questions sur le livre, alors n’hésitez pas à m’en faire part sur le Facebook de Tomb Raider Source ou en commentaire en fin d’interview. Je lui transmettrai vos questions dans la foulée et il y répondra, bien évidement sous condition de pouvoir dévoiler l’information visée. Dans le cas contraire, je vous indiquerai les questions qui ne pourront pas encore obtenir de réponses pour le moment… confidentialité oblige.

L’aventure Tomb Raider : Lara de L à A ne fait que commencer !

© TOMB RAIDER SOURCE

Publicités
 

Les commentaires sont fermés.

 
%d blogueurs aiment cette page :